Publié dans Anecdotes

Je comprends mieux les parisiens maintenant !

louvre

Le temps passe si vite. Cela fait maintenant plus de deux ans que je suis dans la région parisienne. Et je dois avouer que je ne pensais pas que mon mode de vie changerait autant. Je veux dire, je vivais à Orléans, qui est à 1h30 de train grand maximum. C’est si différent…

On m’avait toujours dit que les parisiens étaient vraiment peu sympathiques, pressés, râleurs, agressifs et j’en passe. Et le fait est qu’à chaque fois que j’avais mis les pieds à Paris, c’était le cas. Je me faisais envoyer paître à chaque fois que je tentais de demander un renseignement, perdue dans la jungle de la ville et son réseau de transports immense. Je voyais les gens limite courir dès qu’ils sortaient du métro, se poussant les uns les autres.

Puis j’ai déménagé pour y vivre. Au début je ne sortais pas beaucoup, j’ai un sens de l’orientation minable et bon sang, qu’est ce que c’est grand ! Mais, petit à petit…

Déjà, il y a les sollicitations permanentes de la part de pseudo-associations et de mendiants. Au début je pensais que j’avais juste la poisse de tomber sur l’un d’entre eux dès que je mettais un pied dehors mais en fait non, c’est juste qu’il y a énormément de pauvreté à Paris. Je déteste donner dans la rue, car rien ne me prouve que je ne me fais pas mener en bateau par de fausses associations ou de faux mendiants. Je préfère donner mon argent à une association reconnue et transparente sur l’utilisation de ses dons. Du moins quand j’ai de l’argent, car je n’ai ni emploi, ni allocations. J’ai petit à petit réalisé qu’à chaque fois que quelqu’un m’aborde, que je sois seule ou accompagnée, c’est pour me demander de l’argent. Je crois que ce que je déteste le plus, ce sont ceux qui font semblant de s’intéresser à moi, en me demandant d’où je viens, puis en faisant genre ils ont de la famille dans le coin, pour ensuite enchaîner sur leur récolte de dons pour je ne sais pas quoi. Ces sollicitations permanentes ont tellement usé ma patience que maintenant, je suis un cliché de parisienne : quand on m’aborde, je suis direct méfiante, sèche, un peu agressive. Non je n’ai pas envie qu’on me lise les lignes de la main, non je n’ai pas d’argent à donner à 3615jetarnaquemaggle. Quand je marche, en fait je fonce, tête baissée, en évitant les gens. J’ai limite honte, je me dis que je deviens encore plus renfermée qu’avant.

Ensuite, il y a l’impression de me faire pigeonner en permanence. Le prix de mon caddie a facilement doublé, et qu’on ne mette pas ça sur le compte de l’inflation, car ça m’a sauté aux yeux dès que je suis arrivée. J’ignore si cet écart est dû aux tarifs excessifs de mon supermarché de proximité ou si on prend les gens pour des cons, mais c’est vraiment un truc de fou.

Les loyers, aussi ! Bon sang, je paie 300 euros de plus qu’à Orléans pour la même superficie d’appartement, et encore, je suis tombée sur une propriétaire plutôt bon marché pour le quartier (vu le nombre de vices cachés de l’appart, je comprends mieux pourquoi), sinon c’était 500 euros de plus. C’est juste atroce, et je ne vois même pas ce qui justifie un tel écart.

Et les transports ! Putain, moi qui payais 35 euros par mois pour circuler sans conditions dans toute la ville, si je veux la même chose pour Paris et sa région, je dois aligner plus de 100 euros (je sais que c’est plus grand mais bon…) ! A Orléans, mon handicap me permettait de bénéficier de réductions de transport, pour moi et pour la personne qui devait parfois m’accompagner (j’ai pas mal d’examens médicaux à faire en ce moment, et quand j’en sors épuisée, ce n’est pas prudent de rentrer seule), et ici, on m’a répondu que… je n’étais pas assez handicapée. WTF. Et je ne peux pas non plus bénéficier de la réduction pour les chercheurs d’emploi car je ne touche pas d’allocation en rapport avec le chômage. Depuis que je suis à Paris, moins je touche moins j’ai le droit d’être aidée, plus je touche et plus j’ai de facilités. WTF again.

Je crois que le pire, au niveau des transports, c’est que c’est encore plus mal desservi qu’à Orléans. Je veux dire, c’est Paris quand même, je m’attendais à un service… je sais pas moi, rapide ! Mais dans le 78, certaines lignes pourtant fréquentées ont des horaires de vacances scolaires (le truc que je supporte pas, genre pendant les vacances des chiards le monde s’arrête de vivre), les correspondances ne sont pas super organisées, on peut attendre des plombes entre deux bus. Le pire c’est qu’on peut pas faire les trajets à pied pour éviter d’attendre car c’est dangereux. En fait à Paris, faut avoir une voiture, parce que dépendre des transports en commun, c’est assez chaud. Ou alors, ça dépend de l’endroit. Mais depuis que je suis là, c’est du retard, de l’attente, de l’attente, encore de l’attente. Genre tu pars une heure avant si tu veux arriver à l’heure à un rdv qui t’aurait pris 5 minutes de voiture. J’exagère à peine.

Enfin, il y a la mentalité. Les gens semblent trouver ça normal de payer tout plus cher, « parce que c’est la capitale ». Ben en quoi le fait que ce soit la capitale justifie des tarifs doublés, triplés partout ? Il n’y a aucun respect, dans les transports tout le monde se bouscule, certains se permettent de tripoter et si on proteste, ces braves gens n’ont rien vu. Individualisme, je crois que ça résume bien.

Je ne sais pas non plus comment l’hygiène de cette ville est gérée, mais depuis que je suis ici, je me suis couverte d’un eczéma dont je n’arrive pas à me débarrasser. Moi qui n’ai jamais eu de problèmes de peau, je me retrouve avec des boutons, des plaques qui grattent, c’est immonde. J’ai essayé de remplacer l’eau du robinet par de l’eau minérale mais ça ne change rien.

Mais d’un autre, côté, je comprends mieux les parisiens. A force de rater mes correspondances, je suis devenue pressée. A force de me faire solliciter en permanence, je suis devenue agressive, bien moins encline à donner de simples renseignements, vu qu’à chaque fois je me dis qu’on va encore me demander du fric. A force de me faire pigeonner, je râle sur tout et même après deux ans j’ouvre parfois de grands yeux quand on m’annonce que mon petit sac de courses vaut plus de 50 euros.

Une chose est sûre : j’ai hâte de partir d’ici. Je n’aime pas Paris.

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

13 commentaires sur « Je comprends mieux les parisiens maintenant ! »

  1. Coucou nouvelle Parisienne, alors j’ai bien revue ma ville en lisant ton article. Tu as très bien décrit la capitale et je comprends que tu puisse détester cette ville. Moi j’ai été parisienne pendant 23 ans et j’ai été habituée à ce mode de vie mais depuis deux semaines je suis partie je n’en pouvais plus des gens qui sont cons égoistes et pas souriants. Alors j’ai déménagé sur Lyon et c’est pas du tout la même chose, les prix sont moins chers, l’ambiance est plus sympa et rien que le prix d’une place de ciné est plus interessant … J’espère que tu partiras de la capitale et je te souhaite du courage.

    Sache quand même qu’il y a des coins sympas à Paris : Gibert jeune, la Rotonde à Bastille …

    Des bisous !

    J'aime

  2. Moui. Alors Parisienne de naissance et y vivant, je ne reconnais pas tellement ma ville en fait. Pour ce qui est du loyer, des sollicitations et des gens pressés, c’est très vrai et c’est un réel problème (je doute que tout le monde trouve ça normal mais on fait avec car c’est quand même à Paris qu’il y a le plus d’emploi). Et pour l’eczéma, c’est très vrai, la pollution parisienne nuit à la santé de tous (d’ailleurs s’il y avait moins de voitures on respirerait bien mieux).
    Ce qui me gêne c’est cette histoire de danger très prégnant dans ton article, parce qu’il en ressort presque que Paris c’est une sorte de Bronx où marcher serait un peu risquer sa vie. Perso, je marche entre deux arrêts (ou bien plus), pire j’adore marcher dans la capitale (parfois à des heures indues genre 2 ou 3h quand je sors un peu pompette d’une soirée) et rien…Paris n’est pas une ville plus dangereuse qu’ailleurs (j’aurais plus la trouille de me balader en plein cambrousse). Quant aux horaires d’été, c’est vrai c’est galère pour ceux qui continuent de bosser mais c’est aussi normal que les gens de la RATP aient des vacances, on ne va pas demander à ceux qui restent de faire le triple de travail, à moins d’automatiser toutes les lignes (ce qui coûte assez cher). Après je comprends qu’on n’aime pas Paris ou ses habitants (moi j’aime pas Marseille pour ma part), mais je pense qu’il faut aussi voir le positif plutôt que de tomber dans le cliché systématique.

    J'aime

    1. Ah, là par contre j’avoue que je n’ai pas voulu donner un sentiment de danger, plus de lassitude qu’autre chose. Je ne me sens pas plus en danger qu’ailleurs, par contre j’ai ici plus subi de « tripotage ninja » dans les transports qu’à Orléans ou dans l’ensemble on me foutait la paix. Mais dans les deux cas l’attitude générale était « la la la, j’ai rien vu je regarde mes pieds » donc ce n’est pas spécifique à Paris.
      Pour les horaires d’été, ce que je voulais dire c’est que certaines lignes ont des horaires « allégées » donc horaires d’été, et ce toute l’année, c’est ça qui est pénible quand on bosse, même si j’avoue que tout le monde a droit à des vacances.
      Après quel que soit l’endroit je ne suis pas du genre à me balader la nuit ou dans les quartiers réputés chauds, donc bon, je ne saurais pas dire si je suis plus en danger ici qu’ailleurs. J’ai voulu donner une impression de lassitude vis à vis des sollicitations permanentes plus que de danger.

      J'aime

  3. Je retrouve dans ton article toutes les raisons qui ont fait que j’ai quitté Paris.
    Le bruit permanent, la sensation de se faire arnaquer tout le temps, vivre dans un mini appart pour un loyer monstrueux et surtout l’attitude des gens m’ont rendu dingue!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s