Publié dans Une vie de rousse

Puis-je faire encore confiance à mon vétérinaire ?

véto

Je vous rassure, cet article n’est pas du tout un article complotiste visant à enterrer les vétérinaires. Je raconte juste mon expérience, qui fait qu’aujourd’hui, je n’arrive plus à avoir confiance en mon vétérinaire. Enfin ma vétérinaire plutôt, puisque j’en ai encore changé.

Lorsque j’ai adopté Hélia, je ne suis pas restée bien longtemps chez mon premier vétérinaire : en effet, je déménageais moins d’un an après. Cette première vétérinaire avait juste fait le nécessaire : vaccins, stérilisation et changement d’alimentation (à l’époque, je n’y connaissais rien en alimentation animale et j’achetais naïvement de la merde de supermarché).

Puis je suis arrivée en banlieue parisienne et là, j’ai découvert ce qu’on peut appeler l’usine. Un cabinet toujours plein et surtout, un vétérinaire qui était plus commerçant que vétérinaire en soi. A chaque fois que j’y allais, il essayait de me refiler quelque chose : un jouet, un paquet de croquettes, un sachet de pâtée, une pipette à puces… à chaque fois j’avais droit au sempiternel discours comme quoi l’alimentation qu’il vend est la meilleure pour mon chat, alors que j’achetais déjà une excellente marque de croquettes (Orijen). Je lui répétais toujours que je ne voulais pas de croquettes à céréales et sous-produits animaux, et à chaque fois il essayait de me convaincre. Je ne cédais pas et me contentais de payer la prestation et les éventuels soins.

Du jour au lendemain, Hélia s’est mise à développer un souci de comportement : elle s’est mise à uriner en dehors de sa litière alors qu’elle ne le faisait pas avant. Étant donné qu’un changement de comportement chez un chat est synonyme de maladie, je me suis empressée de prendre rendez-vous chez lui. Le vétérinaire fait une analyse urinaire et là, c’était la fin des haricots : cystite, il faut absolument changer d’alimentation car sinon elle va mourir (bon, j’exagère un peu, mais c’était pas loin) et développer encore plus de problèmes. Cette fois, je l’ai cru, car même si c’était un « vétérinaire commerçant » je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à me mentir pour me refiler ses croquettes.

Je lui ai pris un petit paquet (purée, encore plus cher que mes Orijen qui pourtant sont très haut de gamme) et j’ai commandé le reste sur Zooplus. Un dernier souci de fierté pour ne pas enrichir ce vétérinaire qui pour moi était indigne (il n’arrêtait pas de me faire des blagues du genre « Ah ben faut changer de chat ! » dès qu’Hélia avait un souci) et j’ai bien eu raison.

J’en avais marre de ce vétérinaire et j’ai décidé d’aller dans un autre cabinet, plus loin de chez moi certes, mais il avait dépassé les bornes en m’envoyant un courrier de rappel de vaccination qui me menaçait presque de poursuites judiciaires si je ne faisais pas les rappels d’Hélia, car « c’est la loi », etc. Alors que non, rien ne m’y oblige si je ne voyage pas.

Les soucis de pipis à côté de la litière continuaient et je voulais savoir si sa cystite était guérie. J’amène à la nouvelle vétérinaire les anciennes analyses et là, le coup de massue :

– Hein, il vous a dit qu’elle avait une cystite ? Mais c’est rien du tout ça, à peine une infection urinaire, ça ne nécessitait pas un changement d’alimentation !

Ce connard de vétérinaire-commerçant avait osé me mentir sur la santé de mon chat pour me refiler des croquettes spéciales. Sachant qu’en plus, il est dangereux de donner à un chat qui n’en a pas besoin des croquettes comme ça. J’étais choquée et écœurée.

La vétérinaire a examiné Hélia et m’a alors dit que le souci était probablement comportemental. Elle m’a proposé de rajouter une litière cette fois sans couvercle, tout en lui laissant l’ancienne, pour voir si ça changeait quelque chose. Le problème a été immédiatement réglé.

Je dois avouer que ma confiance envers les vétérinaires a été sérieusement entamée et je me suis mise à écouter avec plus d’attention tous ces gens qui dénoncent les lobbies derrière les marques de croquettes véto, ce qui n’a pas arrangé les choses. Et encore moins lors de ma dernière visite chez la nouvelle vétérinaire.

J’y allais pour une gastro d’Hélia, sûrement attrapée car la mauvaise isolation de l’appartement le rend glacial. Elle l’a alors pesée et m’a dit qu’elle était en surpoids, et que si ça ne changeait pas il faudrait changer d’alimentation. Je n’ai pas pu m’empêcher de tiquer. Je me suis immédiatement dit « celle-là, elle veut me refiler ses croquettes, comme l’autre fou » sans même faire attention à son argumentaire. Elle a commencé à me dire qu’elle tenait compte du fait que je ne veuille pas donner de croquettes à céréales à Hélia, m’a brossée dans le sens du poil en disant que c’était très bien, mais que si elle restait en surpoids il faudrait passer à des croquettes vétérinaire plus light.

Je ne l’ai pas crue. Je n’ai pas pu avoir confiance en son jugement, et j’ai éludé la question. Je ne comprends pas qu’on puisse vouloir baisser la qualité des croquettes de mon chat juste pour l’argent. Je me suis donc contentée de surveiller les portions que je donne à Hélia au lieu de lui mettre des croquettes à volonté. Je verrai si elle perd du poids.

Je me rends compte qu’aujourd’hui je n’arrive plus à avoir confiance en mon vétérinaire. J’ai l’impression d’avoir affaire à des marchands qui veulent me refiler leur camelote au lieu de praticiens censés vouloir le meilleur pour mon animal. Mais après être tombée sur un connard pareil, pourrai-je encore faire confiance à la profession ?

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

2 commentaires sur « Puis-je faire encore confiance à mon vétérinaire ? »

  1. Malheureusement le phénomène que tu décris n’est pas rare ! De nombreuses professions de « conseils » t’aiguillent comme par hasard vers des produits partenaires qu’ils vendent eux-mêmes alors comment se fier à eux. Ceci étant encore plus grave quand il s’agit de notre santé et de celle de nos animaux… Bon courage, je pense que tu as pris la bonne décision 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est d’autant plus perturbant que je me dis qu’elle est vétérinaire, donc mieux placée que moi pour donner des conseils sur les animaux, alors je me sens coupable à vouloir faire celle qui sait mieux ce dont à besoin mon chat. Mais d’un autre côté j’ai l’impression que le commerce est tout aussi important que le savoir dans cette profession, ils essaient toujours de nous refiler un petit truc en plus alors que les soins sont déjà chers.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s