Publié dans Anecdotes

Quand des vacances tournent au cauchemar

Quand j’étais plus jeune, j’avais la chance d’avoir un grand-père qui voulait que je me cultive, et qui n’hésitais pas à donner de l’argent à ma mère pour que mes vacances servent à visiter d’autres pays ou, tout simplement, quelques coins de France chargés d’histoire.

C’était en 2004. Je venais de fêter mes 14 ans et ma mère voulait m’emmener aux mémoriaux de Verdun pour Pâques. J’étais plutôt contente car à l’école on avait survolé la première guerre mondiale au profit de la deuxième, et du coup je ne savais pas grand chose d’autre que ce que les manuels voulaient bien m’apprendre.

Des vacances de moins d’une semaine qui ont très, très mal tourné.

Au début, tout allait bien. En fait, on avait un petit parking devant chaque gros monument, on s’arrêtait, on visitait et on repartait. On avait choisi de visiter par nous-mêmes et non avec un guide (je ne crois pas qu’il y en avait à l’époque, car connaissant ma mère, elle en aurait pris un) et donc on enchaînait un peu en lisant ce que disaient les brochures de l’office de tourisme. Du grand art.

Et puis nous nous sommes arrêtées à côté d’une casemate. C’est un petit bunker à moitié enterré, il y en a plusieurs dans le secteur et tous ne sont pas signalés. Celle-ci l’était alors nous nous sommes dit que nous allions passer vite fait voir (il n’y avait pas grand chose à voir puisqu’on ne pouvait pas rentrer), on a garé la voiture et on s’est enfoncées dans la forêt. A peine quelques mètres.

casemate

Ma mère me demanda alors de la prendre en photo et je me suis aperçue que j’avais oublié mon sac dans la voiture. Un joli petit sac auquel je tenais beaucoup d’ailleurs, puisque je l’avais acheté à une association qui encourageait l’artisanat tibétain. Après avoir bien râlé sur mon étourderie, elle m’a accompagnée jusqu’à la voiture et là…

– Madre mia !

(Oui, ma mère est d’origine espagnole)

La vitre de la voiture était fracassée et la porte conducteur avait été forcée. On était à quelques mètres à peine et on avait rien entendu du tout. Ma mère était très en colère contre moi, car elle a compris bien vite que c’était mon sac sur le siège passager qui avait attiré les voleurs. On a alors vu un petit panneau qui indiquait de faire attention, car des bandes de voleurs sévissaient dans le coin. Pas très visible le panneau…

Il y avait du verre brisé partout sur nos sièges et on avait rien pour nettoyer. On a pris des mouchoirs qu’on a enroulés autour de nos mains pour dégager la plus grosse partie du verre, puis on a repris le volant pour aller au gros monument le plus proche. Là, on aurait peut-être quelqu’un pour nous renseigner sur la présence d’un garage, ou pour nous donner du désinfectant, car malgré les mouchoirs on avait des coupures plein les mains.

Quelques minutes après, on arrive au grand mémorial et heureusement il y avait des gens. Paie ton accueil. Entre le choc du vol et les blessures, on était évidemment un peu affolées, mais les employés de l’accueil se sont foutus de nous en nous disant que d’habitude, les voleurs opéraient la pleine saison et pas si tôt, qu’on avait vraiment pas eu de chance. Bah oui, on avait remarqué, mais là on aimerait bien des infos et du désinfectant. Ils rigolaient sans daigner nous aider et ma mère s’est tournée vers moi en me disant que puisque c’était comme ça, j’enlèverais le verre de la voiture à la main, après tout on avait été volées par ma faute.

Mémorial_de_Verdun

Les employés, comprenant que c’était sérieux et qu’à cause d’eux une gosse allait probablement se blesser, se sont décidés à se bouger et nous ont envoyées à l’infirmerie pendant qu’ils contactaient le garage le plus proche. Le garage en question ne pouvant pas venir nous chercher, on devait le rejoindre en voiture. Ils nous ont juste donné l’adresse avec un plan très grossier et nous ont laissées, nous faisant comprendre qu’on dérangeait les autres touristes avec toute cette agitation. Très sympa.

Évidemment, on s’est perdues et on avait pas de GPS, donc on s’est arrêtés dans le premier garage sans marque (en gros, le moins cher possible donc on évitait tout ce qui est grosse enseigne) qui venait car le verre nous blessait sérieusement et aussi parce que ma mère était trop nerveuse pour conduire. Elle a grillé plusieurs feux…

Le garagiste aussi s’est mis à rire, surpris que les voleurs opèrent aussi tôt dans la saison. C’est bon on a compris qu’on avait eu la poisse, n’en rajoutez pas ! Il n’a pas insisté et a débarrassé la voiture de tout le verre (en fait non, on en a retrouvé par la suite, il a juste fait ça superficiellement…), tout en rajoutant de la bâche sur les vitres brisées. On a paré au plus pressé car nous n’étions là qu’en tant que touristes, on ne pouvait pas laisser la voiture au garage ni attendre plusieurs semaines. Heureusement, la porte forcée tenait encore et il a juste eu à remettre la tôle correctement.

On est ensuite allées directement à l’hôtel se remettre de nos émotions. Du moins ma mère qui a évacué son stress sur moi en me culpabilisant encore plus que je ne l’étais déjà. C’est mon sac qui a attiré les voleurs, tout est de ma faute, elle prendra le prix des réparations sur mon compte en banque, etc. Du coup, j’étais encore plus stressée et la nuit, j’étais incapable de dormir. J’avais tellement peur que d’autres voleurs profitent de la voiture peu sécurisée sur le parking pour l’abîmer encore plus et que donc, ma mère me prenne encore plus d’argent que j’allais à la fenêtre toutes les deux secondes. En fait j’ai fini par passer la nuit à côté de la fenêtre pour surveiller. Ma mère n’a rien fait du tout pour me rassurer, au contraire, elle en rajoutait une couche et le lendemain, elle m’a demandé de surveiller la voiture pendant qu’elle prenait son petit-déjeuner. Elle ne m’avait rien laissé et quand mon tour est arrivé c’était trop tard pour manger. Histoire de bien me mettre la pression.

Ne voulant pas gâcher totalement les vacances, elle a voulu me faire visiter le reste des monuments mais à chaque fois j’étais incapable de quitter la voiture, je n’arrivais juste plus à bouger, j’avais peur. Elle a eu beau me hurler dessus devant tout le monde, ça ne changeait rien et elle a compris que mieux valait rentrer à la maison, et tant pis pour les nuits d’hôtel (qu’elle a aussi retenues sur mon compte en banque puisque c’était du gâché par ma faute).

Elle s’est acharnée à me culpabiliser pendant plusieurs semaines, surtout à cause de l’appareil photo (qui était neuf, cadeau d’anniversaire), car en plus le ticket de caisse et la garantie étaient restés dans mon sac. Elle avait tenu à ce que je les prenne sur moi « au cas ou » et du coup je les avais rangés à leur place… dans mon sac volé donc. Et l’assurance voulait les tickets de caisse de ce qui avait été volé pour qu’on soit remboursées (partiellement…). Ma mère a donc dû inventer des vols pour qu’on arrive à atteindre le montant de mon appareil photo et du jeu vidéo qui étaient dans mon sac. Par chance, bordélique comme j’étais, j’avais rangé ma console dans la boîte à gants, que les voleurs n’ont pas eu le temps de vider. Ma console fut sauvée… mon compte en banque, par contre, a pris cher malgré les protestations de mon grand-père qui s’était proposé de prendre en charge les réparations. Ma mère tenait à ce que je me souvienne de ma « connerie » pour que je ne recommence plus jamais.

Oh c’est sûr, plus de 10 ans après je m’en souviens très précisément, je n’ai jamais plus laissé quoi que ce soit d’apparent dans une voiture, pas même un mouchoir, et surtout je n’ai jamais remis les pieds à Verdun !

Et vous, vous avez déjà eu des mésaventures du genre en vacances ?

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

2 commentaires sur « Quand des vacances tournent au cauchemar »

  1. Ce genre de choses se produit plus souvent en voyage que chez soi, car on n’a pas conscience si un lieu est dangereux ou pas. Les pickpockets et autres voleurs en tout genre le savent bien et ciblent spécifiquement les touristes, que ce soit sur la Côte d’Azur, à Paris ou ailleurs.

    Ceci dit, même si c’est très énervant, les gens à qui ça arrive parviennent généralement à relativiser et ne se laissent pas gâcher leur vacances. Au fond, cette histoire est assez pathétique dans la mesure où il ne s’agit qu’un d’un fait divers banal, mais qui a été exagérément dramatisé au point que ça devienne le sujet d’un billet de blog 10 ans après.

    Quand un enfant fait une erreur (même autrement plus grave que de laisser un sac dans une voiture), des parents normaux ne cherchent pas à le traumatiser et lui faire payer, mais au contraire à résoudre le problème puis passer à autre chose et continuer à vivre.

    J'aime

    1. Ma mère n’a jamais vraiment été une maman normale ^^
      Après je m’en suis remise, même si je me suis dit que j’allais faire partager l’anecdote quelques années plus tard. Je manquais un peu d’inspiration et cette histoire m’est revenue à l’esprit 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s