Publié dans Une vie de rousse

Fumeurs, j’aimerais pouvoir respirer.

arreter-fumer

Je ne cache à personne ma haine profonde des fumeurs, et mon entourage proche se garde bien de fumer devant moi -il n’y a que mon beau-frère qui n’en a rien à foutre, mais il ne fait pas partie de mon entourage proche, et il ne mettra jamais un ongle chez moi, ça tombe bien-.

Cependant en ce « mois sans tabac » (pas pour tout le monde visiblement), j’ai envie de parler de mon quotidien de non-fumeuse, profondément agacée par le cancer soufflé par les autres.

Depuis toute petite, je suis conditionnée à éviter de respirer la cigarette en raison de mes soucis respiratoires. Mais je n’ai jamais été tentée pour autant par cet interdit : la clope, ça pue la mort, l’odeur reste bien sur les tissus et les cheveux (je vous jure, sans fumer, certaines personnes PUENT à un point insupportable), sans parler des dégâts apparents -et moins apparents- sur l’organisme. J’ai beau ne pas être effrayée par l’idée de mourir, je ne vois pas l’intérêt de me précipiter dans la tombe en fumant un truc aussi toxique.

On pourrait penser qu’il me suffit d’esquiver les fumeurs, mais ce n’est pas si simple.

Déjà à l’école, je m’en coltinais au moment de rentrer car tous les fumeurs étaient massés devant les grilles, et pour rentrer, il fallait bien traverser le nuage de fumée en se retenant tant bien que mal de respirer -je suis très mauvaise en apnée-.

Aujourd’hui, je ne suis plus à l’école, mais je me les coltine toujours.

Dès le matin, à l’arrêt de bus, il y en a toujours un ou deux pour fumer. Et évidemment, ils ne s’éloignent pas de l’abribus : c’est à moi, la personne dérangée, de dégager. Et s’il pleut, tant pis, il faut laisser la personne se droguer à l’abri, quitte à attraper la crève. Soit tu respires le cancer, soit tu attrapes un rhume, c’est toi qui vois. Les rares fois où je me suis risquée à demander à la personne de s’éloigner, je me suis faite envoyer chier. Je lis souvent des gens qui se disent respectueux mais étrangement je n’en ai jamais croisé : la plupart des gens fument dans l’indifférence totale de la gêne qu’ils occasionnent.

Sauf que ça ne s’arrête pas là : en sortant du bus pour rejoindre le RER, il y a toujours quelqu’un pour fumer sur le trajet, et donc pour expédier sa fumée à tous les infortunés derrière lui. Dans ces moments-là j’essaie de me décaler pour ne pas respirer la fumée, mais c’est rare qu’il n’y ait qu’un seul fumeur et je suis bien obligée de respirer…

D’ailleurs ce n’est pas rare de voir quelqu’un allumer sa clope DANS le RER ou carrément dans la gare. Le plus étrange dans ces moments-là, c’est que c’est visible que je ne suis pas la seule à être indisposée, mais PERSONNE ne va jamais dire quoi que ce soit à ces gens, malgré l’interdiction de fumer dans les lieux publics (je n’ai jamais compris cette loi, la rue c’est un lieu public…). Pas même les agents RATP.

En sortant du RER, pareil, sur le chemin il y a toujours des fumeurs, et nous, on se prend la fumée en pleine poire. Sans parler de l’agglomérat de fumeurs devant les immeubles des entreprises. Tu veux rentrer, tu traverses la fumée, y’a pas d’autre entrée !

Ah, tiens, mais parlons de chez moi. C’est un vieil appartement, qui a besoin d’être aéré tous les jours, car il a tendance à être très humide et à faire des moisissures. Aérer ? C’est quasiment impossible dans cette résidence, car tout le monde, sauf mon homme et moi, fume ! Et il y a toujours un clopeux à sa fenêtre. Moisissures ou odeur de tabac dans tout l’appartement ? Il faut choisir. Sans parler de mon voisin d’en face qui fume dans sa salle de bains, reliée à la mienne. Ses odeurs viennent chez moi, ce qui nous oblige à calfeutrer la salle de bains en faisant tourner la VMC pour tenter d’évacuer ça… on lui a déjà signalé, mais il s’en tape !

Pas plus tard que ce matin, à la sortie du RER, une sombre conne -oui,oui- s’est allumé sa clope en bas des escaliers et a soufflé sa fumée tout du long. Je faisais partie des gens derrière elle, qui ont tout pris dans la tronche. Franchement, sombre conne, tu ne peux pas attendre 30 secondes le temps de monter les escaliers pour fumer dehors, au lieu de souffler ton cancer sur les gens derrière toi ? Mais non, tu es comme tous les autres, profondément égocentrique. Dommage que tu aies été si loin devant moi, sinon j’aurais attrapé ta petite tête bouclée pour écraser la cigarette dedans, et t’écraser la tête contre le mur. Ce n’est pas cher payé, pour envoyer la mort aux gens autour de toi. Tu le sais, que le tabagisme passif provoque plus de 600.000 décès prématurés chaque année, et que tu y contribues ? Tu le sais probablement et tu t’en fous, comme les autres. J’espère bien que toi, et tous tes condisciples, crèverez bien vite de ce cancer que vous soufflez au visage des autres.

J’avais besoin de m’exprimer. Je suis violente mais au fond, un peu de violence verbale, c’est quoi par rapport à ces millions de gens qui n’hésitent pas à empoisonner les autres ? Nous devrions tous pouvoir respirer un air sans fumée. La clope ne devrait même pas être légale au vu du scandale sanitaire qu’elle représente. On parle de légaliser le cannabis ? Parce qu’on ne subit pas assez la fumée des autres, il faut en rajouter ? N’y-a-t-il pas des moyens de se droguer qui n’affectent pas les gens qui n’ont rien demandé ?

On en est là. On en est à ne même plus pouvoir aérer son appartement, ou circuler dans la rue à cause de la clope, ou plutôt, des nombreuses personnes qui en fument.

Je suis non fumeuse et à cause de vous, je passe mon temps en apnée dans l’espace public. Alors que j’ai de graves problèmes respiratoires et que ce n’est clairement pas une bonne idée pour moi de me retenir comme ça. Je dois choisir entre la peste et le choléra… respirer votre merde très susceptible d’aggraver mes soucis de santé, ou me rendre malade à me retenir de respirer.

Je vous déteste, tous. Y compris ceux qui se disent respectueux mais qui, au fond, ont bien fait un jour respirer leur fumée à quelqu’un.

Il y a une chose que j’ai constatée, c’est cette espèce d’omerta sur les fumeurs. Quand on leur fait comprendre qu’ils dérangent, alors on passe pour un rabat-joie, un empêcheur de vivre. C’est devenu une norme, d’accepter de se faire souffler la mort et la maladie en pleine gueule. Il faut croire que les gens aiment le risque. Moi aussi j’aime bien l’adrénaline. Mais la vraie, et surtout, la consentie. Là, que je sois d’accord ou non, les fumeurs m’imposent leur fumée. A moi, et à tous les autres dans ma situation. Qui détestent respirer ça mais qui n’ont pas le choix.

Je suis sincèrement pour l’interdiction de cette fichue clope, et pour de plus lourdes condamnations envers ceux qui fument dans l’espace public. Il faudrait d’ailleurs revoir la définition même d’espace public, parce que visiblement, on a pas tous la même…

Qu’en pensez-vous ? Non-fumeur indisposé, indifférent ? Fumeur qui s’en cogne ou qui essaie de se droguer sans en faire profiter les autres ?

D’ailleurs, il y a une question que je me suis toujours posée : vous vous imaginez quoi, quand vous fumez votre clope en pleine rue et que vous soufflez allègrement votre fumée sur les autres ? Que les autres en question kiffent respirer ça ? Ou c’est juste que vous vous en foutez et que seul votre petit plaisir compte ?

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

12 commentaires sur « Fumeurs, j’aimerais pouvoir respirer. »

  1. Bleun, je te rejoins à 200 % ! Je n’ai jamais été fumeuse, et j’en ai de plus en plus marre des fumeurs qui nous pourrissent l’oxygène avec leur fumées de clopes nocives, et la vie avec leur égocentrisme affiché !

    J’ai l’impression que partout où je vais, je suis entourée de fumeurs, comme si les non-fumeurs étaient une minorité !

    C’est l’été, t’es en bagnole, il fait chaud ; pour éviter d’allumer la clim, t’ouvres ta vitre. Et là, t’es obligé de la refermer illico, car tu t’aperçois bien vite (ou plutôt ton nez s’en aperçoit) que le conducteur de la bagnole devant toi fume sa clope par sa vitre, et que la fumée te va directement dessus !

    Tu marches dans une rue commerçante, en faisant déjà gaffe à ne pas mettre le pied dans une déjection, qu’elle soit canine, féline… ou autre… Et si tu ne fais pas gaffe, au moment où tu passes devant une boutique où les vendeurs prennent leur pause, tu te prends une énorme volute de fumée de clope dans la gueule !

    Il y aurait tant d’autres exemples à citer, mais celui qui m’énerve le plus, c’est le non-respect de l’interdiction de fumer dans les aires de jeux pour enfants (en place depuis le 1er janvier 2015) : ça montre à quel point les fumeurs sont soit cons (ils ne savent pas lire un panneau d’interdiction ???), soit égocentriques au point de mettre en danger la santé de leurs gamins et de ceux des autres en fumant leur merde dans un espace réservé en priorité aux enfants. C’est trop difficile pour eux d’attendre que Dylan ou Brian ait fini de faire du toboggan pour pouvoir se droguer…

    Et après ça fait que râler devant l’augmentation des prix du tabac…

    Aimé par 1 personne

    1. A propos d’augmentation du prix du tabac, j’en connais plus d’un qui n’a pas le sens des priorités et qui va préférer acheter un paquet de clopes plutôt que de la bouffe lorsqu’il n’a presque plus rien sur son compte… wtf ? C’est à ce point que la drogue inhibe l’instinct de survie ?

      J'aime

      1. oui ça ça m’a toujours étonnée !
        l’ancien directeur de l’école de ma fille nous avait dit que certains parents refusaient parfois de payer 2 euros pour que leurs enfants aillent en sortie scolaire, et tapaient même parfois un scandale à l’idée de devoir payer pour ça, mais par contre il les voyait souvent sortir du tabac avec leur paquet de clopes tout neuf dans la main…

        Je trouve ça aberrant !

        Et que dire des connes enceintes qui fument ? Et qui après pondent des gamins insupportables car hyperactifs à cause de l’effet du tabagisme plus que passif dont ils ont été victimes in utero ?

        J'aime

  2. Hello ! Je découvre ton blog grâce à cet article et je suis … TELLEMENT d’accord avec toi !!!!!!!
    Je déteste les fumeurs qui ne respectent pas que moi, je ne fume pas. Soit quasiment tous les fumeurs, si tu regardes bien. De mon grand-père qu’en a rien à taper que sa femme ne fume pas et fume dans toutes les pièces depuis 50 ans, en passant par le pote qui s’amuse à allumer sa clope dans mon salon juste pour m’entendre crier … « Oh mais ça va, je sors dans deux secondes ». Oui, mais ce sont deux secondes de trop et tu vas rentrer chez toi.
    (Entre parenthèses, j’adore mon grand-père mais là franchement …)

    J’ai eu à vivre avec un fumeur. Il n’en avait rien à foutre, lui aussi, que je ne fume pas, que cette odeur imprègne mes vêtements et (je suis chanteuse) que son poison abîme mes capacités vocales. Parce que OUI, même quand on est que passif, la clope nique tout ! En quelques mois, j’ai perdu énormément et décrasser ses cordes vocales (et ses poumons) c’est loin d’être évident.

    Les « Oh mais ça va, j’ai le droit de vivre » me pompent l’air ! Et moi, j’ai pas le droit ? Je suis obligée de supporter ta nuisance ? Ca me met littéralement hors de moi alors je comprends ta colère parce que contre les fumeurs, j’ai vraiment la haine.

    Et oui, je suis complètement d’accord, en ville, ça te pourrit le quotidien. J’ai déménagé pour la campagne et je ne croise des fumeurs que durant les pauses au travail. Suffit d’aller de l’autre côté du local et le tour est joué. Franchement, c’est une vraie nuisance en moins.

    Courage ! Et n’aies pas peur de leur mettre leur égoïsme dans la face !! Non mais ho ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Ah le coup du « ça va j’ai le droit de vivre » c’est l’excuse classique ! A chaque fois je leur fais remarquer que moi aussi j’en ai le droit, et qu’en cas de conflit c’est la personne qui dérange qui doit dégager… mon dieu, le nombre de fois ou je me suis bagarrée parce que le fumeur préférait se la jouer provoc en m’envoyant sa fumée à la tronche plutôt que d’aller se droguer ailleurs !

      J'aime

  3. coucou, je vais probablement me faire détestée vu l’opinion tranchée que tu as mais tant pis.

    Je suis fumeuse et pourtant je suis d’accord (en partie) avec ce que tu as écris. Se prendre de la fumée en pleine tronche (surtout quand on est non-fumeur et qu’on a rien demandé) ça fait chier, même pour moi (pour info on aime pas la fumée des autres, seulement la nôtre).

    Après c’est vrai que plus ça va, moins les gens en ont quelque chose à faire de leur prochain et pourrissent tranquillement les lieux publiques avec leur fumée (je ne comprendrais jamais ces mecs qui fument toujours en terrasse alors que c’est interdit) et leur mégots, c’est pourtant pas compliqué de faire 3 mètres jusqu’à une poubelle.. c’est à cause de ces gens la que beaucoup de personne (comme toi) finissent par haïr tout les fumeurs sans exception (ce qui est dommage, on peut être sympa des fois 😉 )

    Le truc c’est qu’on ne commence pas tous à fumer parce que « ça donne l’air cool » (oui on peut être aussi con). Contrairement à toi, j’ai eu le droit aux chouettes odeurs de tabac depuis que je suis toute petite. Mon père est un ancien fumeur et beaucoup des amis de mes parents sont de véritables pompiers. De plus en arrivant au lycée je me suis faite pas mal d’amis également fumeurs. Quand tu passe pratiquement tout ton temps libre avec des clopeurs, bah si tu est une idiote sans volonté comme moi tu t’y mets, sois parce que tu t’habitue sois parce que tu te sens « mise de côté ».

    Donc ne nous met tous dans le même panier s’il te plait, on est pas tous des cons.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mais perso je m’en fiche des raisons pour lesquelles les personnes ont commencé à fumer ou continuent. Je me fiche même bien de ce qu’elles fument (que ce soit la clope classique ou d’autres trucs). Le problème c’est cette invasion de l’espace public avec la complaisance de la plupart des gens. Cette complaisance qui fait qu’on se sent minoritaires à ne pas fumer, cette complaisance qui fait qu’on ose pas trop demander à la personne de dégager (parce qu’on s’est tous fait envoyer chier plus d’une fois), ou qu’on s’écrase, qu’on cède pour aller dans un endroit sans fumée, alors que ce n’est pas à nous de partir.
      Un fumeur a FORCEMENT fait chier quelqu’un un jour ou l’autre, certains y mettent plus d’acharnement que d’autres certes, mais c’est pour ça que je les mets tous dans le même sac.

      J'aime

    2. Je suis d’accord avec toi sur un point que tu soulèves : c’est vrai que quand on est le seul non-fumeur d’un groupe de personnes, on se sent mis à l’écart… ça me rappelle un épisode de Friends où Rachel finit par se mettre à fumer juste pour prendre sa pause dans le coin fumeurs avec sa patronne et ne pas se sentir mise à l’écart de conversations importantes… Certes c’est une fiction, mais quel non-fumeur n’a jamais vécu ça ?

      J'aime

  4. Totalement d’accord, les fumeurs sont un mal qui m’empoisonne également au quotidien ! En plus de les trouver égocentriques, égoïstes et non-respectueux (ni des règles ou de la loi, ça passe encore, mais de leurs pairs, et bien souvent même de leurs proches et leur propre famille ! Combien de fois ai-je vu des parents de nourrissons souffler dans la tronche de leur bébé à peine sorti de l’utérus leurs volutes de fumée ? Pour ne citer que cet exemple…), je les trouve profondément pathétiques. Comment peut-on être dépendant au point de péter un câble quand on ne peut pas tirer sur sa pauvre clope dégueulasse toutes les demi-heure ? Devenir dingue dans un endroit non-fumeurs comme un aéroport au point d’être assez stupide pour s’enfermer dans les toilettes pour fumer et se retrouver comme un abruti, la clope au bec, trempé sous les détecteurs de fumée ? C’est pitoyable d’avoir à ce point aucun respect de soi-même et des autres…
    Et à tous ceux qui répondent « il faut bien mourir de quelque chose », je dis « si tu veux mourir, jette-toi de ta fenêtre, au moins tu n’emmerderas personne en te suicidant et ça ne sera pas une grande perte ! »
    C’est à cause de ce genre de personnes que ce monde court droit à la catastrophe et que les vieux mégots remplacent toute la faune et la flore que nos enfants ne connaîtront plus…

    Aimé par 1 personne

  5. tellement d’accord !!! déjà avant je passais mon temps à tenter de les éviter, et depuis que j’ai mon fils c’est encore pire, pas une sortie où je ne dois pas éviter au moins 5 fumeurs pour éviter qu’il se prenne la fumée en pleine tronche. Au boulot (où tous fument) on m’a même dit « oh toi tu auras moins de pauses ». non mais WTF ????

    Aimé par 1 personne

    1. ah oui le coup des pauses, on ne me l’a jamais dit comme ça au boulot, mais dans certaines boîtes où j’ai bossé, on avait une pause par matin et une par aprêm, chronométrée et tout… Et à côté de ça, yen avait certains qui se prenaient des pauses clopes toutes les 5 minutes et on leur disait rien !

      J’ai de la chance car là où je bosse maintenant, il n’y a que 4 fumeurs, qui sont très respectueux des non-fumeurs, donc ça va…

      Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s