Publié dans Anecdotes, Une vie de rousse

La fille qui n’est pas douée de ses mains

sans-titre

Source : Peintre de la femme

Cette fille, c’est une artiste dans l’âme. Elle aurait adoré savoir jouer du violon ou peindre. Elle aurait vraiment aimé pouvoir mettre en avant la mélodie de son âme.

Mais cette fille, bon sang, elle ne sait rien faire de ses dix doigts.

Elle a essayé le piano, la guitare, la flûte, et a même intégré la chorale de son école primaire pour le plaisir de brailler des chansons ridicules devant des parents qui assumaient cette corvée avec un sourire crispé. Une vraie crécelle rouillée. Aucun talent musical, et une voix qui faisait grimacer les professeurs. Elle voyait les autres progresser autour d’elle, tandis qu’elle, après plusieurs années, n’était même pas foutue de lire une partition et de l’exécuter sur son instrument.

Frustrée, elle s’est rabattue sur le dessin. Bonne pâte, sa mère lui a acheté quelques livres et son grand-père lui a même offert une mallette en bois avec des tubes de peinture, des pastels, des crayons de super qualité. Mais le résultat fut le même. A 15 ans ses dessins ressemblaient à ceux d’un bébé qui apprend à utiliser ses crayons, et ses peintures à du vomi de chat… Dans sa tête, les idées étaient très nettes, mais ses mains étaient incapables de reproduire ce que son esprit visualisait si clairement. Elle n’était même pas capable de dessiner un visage correctement, pas même les yeux…

La fille voulut prendre des cours de dessin, mais sa mère refusa : si elle n’était pas fichue d’apprendre les bases par elle-même, alors ça voulait dire que le talent n’était pas là, et insister n’engendrerait que de la frustration.

La fille persista, acheta d’autres livres, mais malgré tout son travail, son talent ne s’éveilla jamais. Peut-être n’avait-il jamais été là.

Elle essaya de s’amuser avec des logiciels tels que Photoshop, pour s’inventer un talent à partir des œuvres des autres. Mais même pour ça, elle était vraiment nulle.

Un jour, elle lut l’article d’un artiste qui expliquait que le dessin, ce n’était pas simplement du talent, mais également beaucoup de travail et que n’importe qui pouvait y arriver. Elle eut les larmes aux yeux et laissa un commentaire pour dire qu’elle avait travaillé, pendant des années, essayé plusieurs méthodes, plusieurs styles, mais que jamais elle n’était parvenue à dessiner quoi que ce soit correctement. Son commentaire ne fut jamais publié.

Pendant un temps, elle s’initia à la photographie, et parvint à faire quelques clichés plutôt jolis pour une gamine de son âge. Mais le manque de pratique aidant, elle perdit ses acquis, et ne chercha plus à réveiller ce petit talent.

Aujourd’hui, cette fille, elle pleure de dépit devant le talent des dessinateurs de Deviantart, ou en écoutant des musiques de toute beauté sur Youtube. Ses rêves d’enfant reviennent, douloureux. Il y a tant de choses qu’elle aurait voulu chanter, tant de choses qu’elle aurait voulu peindre, ou jouer. Elle aurait voulu être capable de créer des bijoux, des objets, de forger, de sculpter. De tricoter ses écharpes, de coudre ses vêtements.

Elle a toujours sa mallette, poussiéreuse, avec ses crayons intacts et sa gouache qui a séché dans les tubes. Son copain lui dit que si elle n’est pas douée, ce n’est pas grave, l’important c’est de tenter. Mais elle ne supporte pas de voir ses gribouillis qui n’ont aucun rapport avec ce que voit son esprit. Alors elle arrête. Elle achète des peintures à numéros qu’elle exécute à la perfection, pour se donner l’illusion d’un talent qu’elle n’a jamais eu, et elle admire les autres, tout en les jalousant.

Cette fille, vous vous en doutez bien, c’est moi. Mon dieu, qu’est-ce que je peux détester tous ces gens bourrés de talent qui dessinent, jouent, écrivent, créent. Mais qu’est-ce que je peux les admirer. Continuez à m’en mettre plein la vue, vous qui avez la chance de pouvoir retranscrire ce que vous voyez… et par pitié, soyez conscients de votre don.

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

3 commentaires sur « La fille qui n’est pas douée de ses mains »

  1. Je suis cette fille aussi. J’admire et j’envie les gens qui vont au bout de leur passion, qui ont du talent, qui savent l’exprimer. J’ai beau me dire que beaucoup de ceux qui réussissent ont les parents pour les aider, je me dis aussi que beaucoup se font tout seul, apprennent seuls et que je n’ai pas été capable. Que j’aurais du être plus forte face aux moqueries, au fait qu’on ne prenne pas au sérieux ce que j’aurais pu être (et ne serais jamais).

    La musique et l’écriture resteront deux choses que j’aurais aimé pouvoir développer dans ma vie. Dès toute petite, c’est ce que j’avais envie de faire, c’était moi. Je me souviens des heures passées à chanter, ça me rendait tellement heureuse.
    Ca restera une vrai blessure et parfois je me demande si c’est pour ça que je n’avance pas dans la vie, que tout est si merdique.

    J'aime

    1. Ma blessure je pense, c’est la peinture… j’ai toujours adoré la sensation du pinceau qui court sur la feuille, de la peinture qui s’étale… mais je suis nulle de chez nulle. Je peux avoir le modèle sous les yeux, le résultat ne ressemblera à rien x.x
      L’écriture, j’y arrive, mais je ne suis jamais satisfaite de ce que j’écris, et à chaque nouveau roman que je lis, je me dis qu’il y a des gens tellement doués qu’à côté moi je ne sers à rien ^^’

      J'aime

      1. L’écriture je n’y arrive pas. J’ai des idées dans la tête, des persos, des situations qui prennent forme mais quand il s’agit de les mettre par écrit, c’est le vide dans ma caboche. Je ne me sens pas capable. Puis je fais plein de faute, ça le fait pas.
        Et je suis du genre insatisfaite aussi. Le peu que j’écris, dès que je relis un peu trop, j’ai envie de tout changer.

        Le chant, j’aurais pu je pense. Franchement, ado j’avais une voix pas dégueu (c’est pas souvent que je me trouve un truc bien). J’aurais surement eu besoin d’un bon prof pour acquérir de la technique et peaufiner mais si j’avais eu des cours assez jeune, j’aurais peut être pu faire quelque chose niveau musique. Je parle pas de devenir une star hein lol Mais j’aurais eu des pistes à explorer je pense.

        Et l’écriture rejoins la musique aussi. j’aimais bien écrire des textes ado. C’était pas génial mais ça aussi ça se travaille. Quand on est entouré quoi.

        Bref, c’est comme ça, c’est la vie. Mais je n’arrive pas à m’empêcher de me demander si ça aurait changer les choses de pouvoir suivre ce à quoi nos coeur d’enfant rêvaient.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s