Publié dans Une vie de rousse

Comme j’aimerais voir la France se rebeller…

rolexJ’aime bien la pancarte qui résume ma pensée

Je crois qu’il y a une phrase que je ne supporte plus d’entendre lorsqu’on parle de politique : « C’est comme ça, on y peut rien ». On regarde complaisamment nos hommes et femmes politiques s’en mettre plein les poches tout en nous insultant d’assistés et en chiant sur nos droits, on regarde nos médias plus ou moins complices abonder dans leur sens et nous monter les uns contre les autres. On les laisse nous manipuler, nous faire croire ce qu’ils veulent.

Saviez-vous qu’au Danemark, si une affaire comme le Penelope Gate éclatait, le candidat serait cuit depuis longtemps ? Comme expliqué dans cet article, en France, un candidat ne peut pas se présenter s’il est mis en examen, alors que s’il a déjà été condamné, ce n’est pas grave. Je ne crois pas en la deuxième chance en politique, notre histoire nous a montré plus d’une fois que traître trahira. Beaucoup de gens se sont mobilisés pour que Sarkozy le corrompu ne passe pas les primaires, tout ça pour devoir choisir entre Juppé le déjà-condamné et Fillon cache-ses-casseroles (soyez francs, on s’en doutait qu’il n’était pas tout blanc). On a dégagé la Peste pour récolter le Choléra, merveilleux !

Nous sommes dirigés par des gens présentés comme des élites, issus pour la plupart de « Grandes Écoles » (comprendre par là : écoles trop chères pour toi, prolo). On nous les présente comme étant les seuls aptes à nous gouverner, à avoir les compétences pour. La seule chose dans laquelle ils brillent, c’est dans le détournement de fonds. On a créé des générations de pistonnés (non, il n’est pas normal de privilégier un proche ! L’égalité des chances doit être réelle !), de trafiquants, et disons-le, d’assistés (Un salaire monstrueux sans obligation de présence aux assemblées, c’est quoi ? Les rentes à vie, c’est quoi ? Bingo, l’assistanat, le vrai, celui qui vous coûte bien plus que le RSA du voisin chômeur !) qui gardent jalousement leurs privilèges, et tout le monde trouve ça normal.

La France est corrompue jusqu’à la moelle. Tout le monde le sait. Personne ne fait rien. C’est mieux de râler aux repas de famille avec le tonton raciste et la tata qui taxe tous les chômeurs de fainéants.

On reproche souvent aux assemblées de ne pas connaître les véritables difficultés du peuple. On rit jaune devant leurs discours à des lieues de notre réalité. Mais déjà, pourquoi ces assemblées sont-elles politisées ? Si on veut qu’elles nous ressemblent, il faut qu’elles soient composées de gens du peuple. De tous les corps de métiers, de l’ouvrier au grand patron (si on veut être juste il faut une place pour tous ^^) et même de chômeurs qui pourront témoigner de la réalité du terrain (on ne peut pas compter sur les conseillers pour ça, étant donné que la plupart ne sont bons qu’à moraliser, culpabiliser, etc). Non, on a pas besoin de sortir de l’ENA pour comprendre les tenants et les aboutissants d’un texte de loi. Il n’y a aucune raison de laisser des politicards décider pour nous ! Évidemment tout le monde a une orientation politique plus ou moins définie, et certains voteront en fonction, mais le but est avant tout de représenter TOUT LE MONDE, sans distinction. En France le pouvoir est censé appartenir au peuple, mais il ne nous appartient plus depuis bien longtemps.

La corruption est également un gros, gros problème. C’est normal dans une société qui place l’argent, le profit au-dessus de tout. Lors des primaires de la gauche, une femme a déclaré qu’elle avait voté pour Valls car avec son revenu de base, Hamon lui faisait peur, elle ne voulait pas partager ses richesses avec les pauvres. On en est là. C’est vraiment pitoyable de voir des gens se rattacher à leur argent, prêts à laisser crever leurs congénères la bouche ouverte. Tout ça pour cumuler bien plus que ce qu’il est nécessaire d’avoir pour vivre confortablement. A quoi bon en avoir trop ? C’est certes agréable de ne pas regarder à la dépense, de pouvoir se faire plaisir, mais est-ce que ça doit passer par la souffrance des autres ? N’est-il pas préférable de renoncer à certaines choses largement dispensables afin que tout le monde puisse vivre décemment, dignement ?

Récemment, en Roumanie, le peuple est descendu dans la rue. Pourquoi ? Parce que le gouvernement a eu le culot d’assouplir la législation anti-corruption afin de pouvoir continuer leurs magouilles pépère. Et ce, pendant que le peuple crevait la dalle. Il y a eu une mobilisation sans précédent pour abroger le décret sur la corruption, et les manifestations continuent malgré le retrait du décret. Pour les roumains, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Pour les français, combien de corrompus devront se succéder au pouvoir avant qu’ils ne se mobilisent ? Pour qu’ils se décident à œuvrer ENSEMBLE pour dégager toute cette pourriture qui nous gouverne ? Nous sommes tous dans le même bateau. Les dinosaures dégagés des primaires au profit des outsiders montrent une volonté de changement, mais cette volonté peine à se traduire en actes. Nous nous apprêtons à élire quelqu’un qui a été formé par les mêmes écoles que les prédécesseurs, qui ont été formés par les prédécesseurs, et il est illusoire de penser que les chiens font des chats ! Rien ne changera.

Je note aussi une certaine jalousie qui empêche des mouvements comme celui du revenu de base de s’imposer. Je vois souvent le même argument revenir : « J’ai bossé toute ma vie, ce n’est pas pour une génération de fainéants ! ». Comme si le fait de vouloir changer, échapper à un monde du travail toxique, anxiogène, qui nie notre humanité et nous pousse à bout faisait de nous des fainéants. Parce que la génération précédente a souffert, la génération suivante doit souffrir. Non. Ce n’est pas en reproduisant les erreurs de nos aînés que l’on change, que l’on apprend. Le monde du travail, actuellement, c’est un monde dans lequel on ne te laisse même plus apprendre, tu dois avoir 20 ans d’expérience en sortant de l’école. Il faut des diplômes pour faire du repassage ou récurer les chiottes. On ne te propose que des contrats minables avec lesquels on te tient à la gorge car tu es facilement remplaçable. Les salaires sont tellement bas et les allocations si insuffisantes que tu ne peux même pas démissionner pour essayer de trouver un patron plus humain. Donc tu restes, tu pleures, tu te laisses robotiser jusqu’à la retraite. Merde, nous n’avons qu’une seule vie et nous la passons à travailler jusqu’à en crever pour des gens qui se gavent sur notre dos !

Nous POUVONS changer les choses, inverser la tendance. Les opprimés sont plus nombreux que les oppresseurs. Si tout le monde se mobilise, si nous décidons de regagner notre humanité, nous pouvons le faire. A quand un Président qui dira aux lobbys d’aller se faire foutre, que c’est le peuple français (note pour Jean-Michel Morale : « peuple français » signifie résident français, y compris les personnes ayant une carte de séjour ou je ne sais quoi) qui compte avant tout ? A quand un gouvernement prêt à représenter tout le monde ? A quand un gouvernement qui fera réellement quelque chose, pour remettre l’être humain sur le devant de la scène et non faire la petite pupute des lobbys ? Quand est-ce qu’on dira aux privilégiés qui nous disent de la fermer et bosser plus qu’ils peuvent aller se faire voir ? Qu’ils peuvent échanger nos places s’ils ne sont pas contents ?

Vous imaginez si toutes les petites mains décidaient d’arrêter de se laisser faire ? Le pays serait suffisamment bloqué pour qu’on nous écoute. Pour qu’on puisse dégager le moindre homme politique soupçonné de corruption, de collusion, de conflit d’intérêts, pour qu’on puisse faire voter des lois contre la corruption (et qui, elles, seront appliquées), pour qu’on puisse obliger les gouvernements à tenir leurs promesses, à rester transparents (il est possible qu’une promesse ne soit pas réalisable : dans ce cas, pourquoi ?). Pour qu’on puisse interdire d’avoir des comptes blindés dans des paradis fiscaux, l’argent d’un pays doit y être réinvesti ! Pour qu’on puisse, tout simplement, montrer l’exemple de ce que doit être une démocratie, une vraie. On nous présente comme le monde civilisé alors que nous sommes englués dans l’injustice !

J’ai bien envie de réunir des gens qui, comme moi, en ont marre que rien ne change. Des gens qui sont motivés, qui s’y connaissent un minimum en droit pour savoir ce qu’il est possible de faire, en médias indépendants pour pouvoir balancer toute la vérité sans censure, des meneurs de troupes pour rassembler tout le monde et enfin, reprendre ce pouvoir qui est censé être nôtre pour donner à tout le monde des conditions de vie décentes. Des conditions de vie humaines, que tout le monde mérite, quels que soient leurs choix. Je ne veux pas faire de politique, je veux changer la politique, je veux changer les choses. Je veux un monde dans lequel il est agréable de vivre et dans lequel l’humain n’aura pas oublié sa place.

J’ai songé à un groupe Facebook (faut bien commencer quelque part) mais j’ai un peu peur de la censure aléatoire. Peut-être un forum ?

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

Un commentaire sur « Comme j’aimerais voir la France se rebeller… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s