Publié dans Littérature

Chroniques lunaires, de Marissa Meyer : bienvenue chez les princesses cyborg

Date de parution : 7 mars 2013 (pour l’édition française PKJ)

ISBN : 2823812091

Éditeur : PKJ

Genre : Science-fiction, steampunk, conte revisité

Pages : 413

Synopsis : 

Les humains et les androïdes se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille… Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.

Mon avis sur le roman : 

L’idée d’un énième conte de fées revisité ne me branchait pas plus que ça, mais l’enthousiasme avec lequel Angie parlait de cette saga m’a donné envie d’y jeter un œil. Pourtant, je ne suis pas adepte du steampunk, même si j’apprécie beaucoup la SF. Mais bon, il faut savoir sortir un peu des sentiers battus. Eh bah j’ai pris une belle claque !

Si la saga compte plusieurs tomes, je ne vais vous parler ici que du premier. Les livres revisitent l’histoire des princesses de contes de fées en commençant par notre chère Cendrillon. Sauf que Cendrillon, enfin, Cinder, ne risque pas de perdre sa pantoufle de verre : c’est un Cyborg, et elle peut carrément enlever son pied. Les cyborgs ne sont pas considérés comme des êtres humains, et ce même lorsqu’il s’agit d’humains avec quelques gadgets en plus. C’est le cas de Cinder, humaine à la base, à qui des membres cybernétiques ont été implantés après un accident.

Son père adoptif étant décédé, elle vit avec sa belle-mère et des deux belles-sœurs, qui l’exploitent bien comme il faut, d’autant plus que c’est une excellente mécanicienne. Elle tente de tirer son épingle du jeu, mais éternelle mineure aux yeux de la loi, elle n’a pas énormément de possibilités. Cependant, une rencontre inattendue avec un prince très sympa (et peu farouche) va la propulser droit dans les petites intrigues du gouvernement.

En effet, le peuple de la Lune, particulièrement agressif, a bien envie de mettre la main sur le prince et déclarer la guerre. Ces luniens sont d’ailleurs dotés d’un magnétisme puissant qui leur permet de plier les gens à leur volonté. Un beau cheat code qui a malgré tout quelque faiblesses que Cinder compte bien exploiter pour sauver le prince et l’alliance terrestre d’une guerre qui serait beaucoup trop coûteuse en vies humaines, surtout avec l’épidémie de peste qui ravage la population.

Sincèrement, c’est une claque. Je m’attendais à une petite romance Disney-like et je me retrouve avec un univers bien sombre et retors. L’histoire et ses rebondissements sont, en soi, assez prévisibles mais le but n’est pas de nous offrir un thriller : plutôt un univers alternatif dans lequel les terriens sont en danger, tant à cause de la maladie que de l’agressivité des luniens, ancienne colonie terrestre ayant pris son indépendance.

Et c’est un univers vraiment bien construit. Le but du premier tome est de mettre l’histoire en place et il y parvient parfaitement : on imagine sans peine les rues de la nouvelle Pékin, ses bas-fonds, ses cyborgs animés par une conscience bien plus développée qu’une simple IA et qui posent un problème d’éthique que la population ignore en les stigmatisant. La peur que confèrent les luniens, sur lesquels circulent tellement de légendes qu’on ne sait plus ce qui est vrai ou faux. Sont-ils magiques ou usent-ils d’une technologie inconnue pour manipuler les gens ? Pourquoi ont-ils si peur des miroirs ?

Ce premier tome nous présente tout et nous plonge directement dans l’ambiance angoissante de cet univers alternatif. Dès le début nous sommes au parfum, c’est un monde un peu comme le nôtre, avec ses injustices, la peur de l’étranger, et les adolescentes scotchées aux sites people pour savoir ce que projette le prince célibataire ! 😀

La population essaie de vivre comme elle peut mais c’est difficile, entre l’épidémie, la pauvreté, et la menace lunaire. C’est encore plus compliqué lorsqu’on est à moitié cyborg et que l’on a pas d’existence légale. Que l’on est qu’un objet aux yeux des autres alors qu’on est conscient. Le problème éthique est secondaire dans le roman, mais j’avoue qu’il m’a marquée.

Je compte bien me plonger dans la suite car c’est un univers prenant. Sincèrement, on ne sent pas du tout le côté « princesse Disney », c’est un tout autre univers et cette fois il n’y a personne pour sauver la princesse. Alors qu’elle court un sacré danger.

Publicités

Auteur :

Je suis une femme de 27 ans, blogueuse humeurs et emploi, cherchant à creuser son trou dans le monde du travail malgré son handicap.

5 commentaires sur « Chroniques lunaires, de Marissa Meyer : bienvenue chez les princesses cyborg »

  1. Tu m’étonnes qu’elles n’ont rien de princesses les héroïnes lol Les princes ne sont pas très princes non plus cela dit ^^
    Cinder n’est que le début, je trouve que ça devient encore plus sombre par la suite (et Levana est complètement psychotique!). Winter, je n’en parle même pas. Je lui trouve quelques longueurs cependant malgré toute l’action qui s’y passe. Je suis peut-être juste impatiente de connaitre le dénouement de l’histoire et le destin que réserve Marissa Meyer à nos princesses.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s