Publié dans Beauté

J’ai testé… les serviettes hygiéniques lavables

toudoo-natura-serviette-hygienique-nuit-chanvre

Alors que (presque) toutes les filles parlent de la cup comme du Saint-Graal, moi, j’ai décidé de tester les serviettes hygiéniques lavables. Du moins, j’ai décidé ça il y a un peu plus d’un an, dans une optique d’écologie. En effet, mes règles sont assez particulières, non seulement très abondantes mais en plus formant de gros caillots, donc je ne peux pas utiliser de tampons ou de cups. Ce serait dangereux d’avoir un objet dans le vagin qui empêche les caillots de sortir.

Cependant, dans mon cas, des serviettes hygiéniques à gogo c’est une énorme consommation, qui revient cher mais qui hélas est inévitable (coucou la taxe tampon), et qui en plus n’est pas écologique. Sans parler de tous ces articles qui fleurissent pour dénoncer la présence de pesticides et autres joyeusetés dans les serviettes.

C’est aussi de l’inconfort, parce que bon, ces serviettes industrielles m’irritaient énormément en frottant contre ma peau, créant de petites plaques rouges. Avoir mes règles est déjà une épreuve en soi, mais si c’est pour me rajouter des soucis, autant tenter autre chose.

Je me suis beaucoup renseignée avant de franchir le pas, car j’ai un flux assez chiant, dit hémorragique, et la plupart des serviettes lavables sont pour les flux normaux à faibles. J’ai trouvé quelques sites proposant des serviettes adaptées aux flux hémorragiques, avec même la possibilité de rajouter une épaisseur de coton, mais à plus de 15 euros de frais de port j’ai préféré aller voir ailleurs.

Je n’ai, du coup, testé qu’un seul type de serviettes parce que la plupart des sites spécialisés se gavaient trop sur les frais de port. Je veux dire, les serviettes lavables, c’est au minimum 15 euros l’unité, dans mon cas il en faut au moins une dizaine, c’est un investissement conséquent et je n’ai vraiment pas envie de me rajouter des frais pas franchement justifiés. Je m’aperçois aujourd’hui que j’ai sans doute eu tort car ça me fait juger tout un concept sur un seul essai. Cependant je ne pouvais et ne peux toujours pas me permettre de tester une marque par ci, une marque par là à cause du montant trop élevé des frais de port. Mon avis est donc à prendre avec des pincettes. Si vous en avez les moyens, je vous conseille cependant de manger à plusieurs tables 🙂

J’ai donc finalement opté pour les serviettes Toudoo Natura Nuit Chanvre. C’est une ambassadrice Greenweez qui m’a dirigée dessus après s’être renseignée directement auprès de la marque pour être sûre qu’elles me conviennent. Je lui ai donc fait confiance et un peu plus d’un an après mon bilan est assez mitigé. Il y a du positif, mais il y a aussi du négatif.

  • Ce qui ressort le plus est le confort. Ces serviettes se situent très largement au dessus des serviettes « industrielles ». Je n’ai plus la moindre irritation alors que c’est ce qui me dérangeait le plus. Après, certes, elles sont plus épaisses que des serviettes classiques donc il ne faut pas porter de fringues trop serrés, mais en même temps, qui met des fringues serrés pendant ses règles ? ^^ (pas moi en tous cas, j’ai trop mal pour ça)
  • L’économie à long terme : même lorsque j’en achète avec des promotions du genre 2 packs pour le prix d’1, ça reste plus cher qu’acheter une série en tissu qui me fait plusieurs années. Sur le coup c’est un investissement conséquent mais à long terme, on voit les économies.
  • La capacité d’absorption. Elle n’est pas suffisante pour mon flux. Pour arriver au bout de mes règles, il m’en faut donc encore plus que prévu, ce qui m’oblige soit à en racheter, soit à laver les serviettes usagées en urgence tous les jours. J’ai le temps parce que je suis en recherche d’emploi, mais si je devais avoir des horaires de travail, j’aurais sans doute mieux à faire. Je ne conseille pas ces serviettes pour les flux hémorragiques, c’est insuffisant. Il faut malgré tout reconnaître qu’elles absorbent mieux que les serviettes industrielles, cependant, on peut acheter des serviettes industrielles en pack de 50 mais pas vraiment pour les serviettes lavables.
  • Le bouton pression pour fixer la serviette : alors là, zé-ro. Pour deux d’entre-elles le bouton en question s’est pété dès le début (et pourtant je ne suis pas une brute, hein) et pour les autres je galère toujours à le refermer, sans compter qu’il se déclipse trèèèès facilement. En résumé si tu ne veux pas que ta serviette se barre, tu restes sagement assise. Manque de bol, pendant mes règles j’ai envie d’aller faire pipi environ toutes les secondes.
  • J’aimerais aussi parler des taches. Parce que oui, il y en a. Je reste neutre sur ce point car j’ai lu sur un site que certaines femmes ont un flux plus acide que d’autres, ce qui rend le sang plus difficile à laver. Soit c’est un mensonge pour justifier la mauvaise qualité (je ne l’ai pas lu sur le site de Toudoo Natura mais sur celui d’une autre marque), soit c’est un défaut que l’on peut rajouter à mon palmarès. Mais toujours est-il que je galère énormément à laver le sang à chaque fois, le lavage à la main n’est pas suffisant et je suis obligée de passer par la machine. Ce qui enlève un peu le côté écolo de la chose…
  • Il y a aussi la qualité du tissu. Lorsque j’ai reçu mes serviettes, elles étaient toutes blanches et toutes douces, mais évidemment, aujourd’hui elles sont plus jaune-marron et surtout elles ne sont plus douces. Elles ne sont pas irritantes pour autant mais elles sont plus rêches qu’avant, c’est clair et net. Je galère à ôter le sang donc forcément ça impacte sur la couleur. Mais pour le côté rêche, c’est aussi tout à fait possible que ce soit dû à l’eau très calcaire de ma ville. La plupart de mes fringues sont aussi devenus très rêches avec le temps. Je peux donc difficilement me prononcer sur la qualité, car l’environnement influe.

Bref, comme vous pouvez le constater je suis heureuse de pouvoir être dans une démarche à la fois écologique et économique, cependant il y a quelques petits problèmes et il va me falloir tester d’autres marques de serviettes pour voir ce qui me convient le mieux. Je pense tester PLIM, car ils donnent la possibilité de choisir des tissus de couleur, ce qui réduirait le problème des serviettes peu ragoûtantes à cause des tâches de sang (en soi, elles sont propres, mais le sang tache et du coup le rendu est assez dégueu). Je prend un tissu noir, marron ou rouge foncé et le problème est réglé (haha). De plus ils proposent des serviettes qui semblent adaptées aux flux hémorragiques. J’avais déjà repéré ce site avant de choisir, mais le montant des frais de port m’avait dissuadée. Mais j’ai comme l’impression que je vais devoir y passer. Après avoir goûté au confort des serviettes en tissu je ne peux juste pas revenir aux serviettes « normales » avec leur vieux coton-plastique irritant.

Très franchement, je pense que les serviettes lavables sont un excellent investissement, mais il faut avoir de la chance pour tomber sur la serviette qui nous convient dès le début, ou alors il faut avoir les moyens de tester un peu partout et de payer les frais de port énormes qui vont avec. J’ai eu beau écrire aux marques pour me renseigner je suis malgré tout tombée sur un type de serviette qui ne me convient pas totalement. Mais je pense qu’il faut persévérer !

Publié dans Beauté

Passage au naturel : ce qui n’a jamais fonctionné chez moi

Depuis quelques années maintenant, je m’efforce de n’utiliser que des produits naturels pour prendre soin de moi. Je vous avoue que j’ai été très influencée par les blogs que je lis à ce sujet, car n’étant pas du tout « beautysta » j’utilisais ce que je trouvais en supermarché et basta.

Ce sont les problèmes de peau que j’ai développés lors de mon emménagement dans la région parisienne qui m’ont décidée à me renseigner à ce sujet. Je n’avais jamais eu d’acné ou de soucis de boutons, et d’un coup, je me suis couverte d’eczéma et ma peau est devenu extrêmement sensible et réactive.

Bien que mon problème concernait principalement ma peau, j’ai commencé mon passage au naturel par mes cheveux, qui souffraient de l’eau très calcaire de la région. Aujourd’hui je ne le regrette pas, mes cheveux sont superbes, et hormis quelques problèmes de pellicules liées au stress qui arrivent parfois je n’ai plus aucun souci et j’ai fait un bon paquet d’économies en espaçant les lavages.

J’ai ensuite adopté une routine soin cruelty free pour ma peau, dont je parlais ici, mais que j’ai fini par stopper également car je la trouvais trop encombrante. J’avais envie de réduire cette routine au minimum car je n’aime pas avoir une salle de bains qui déborde de produits, avec tous les emballages qui vont avec.

J’utilise donc aujourd’hui un simple savon surgras au beurre de karité pour me laver le visage. Malheureusement ce n’est pas suffisant en hiver donc j’ai gardé la crème hydratante. J’ai toujours quelques soucis de boutons, mais ni plus ni moins qu’avant. Comme quoi le nombre de produits n’influe pas forcément sur la qualité de la peau !

avril crème

Devant le succès de mon passage au naturel (et au cruelty free au passage), je me suis dit que j’allais tester l’étape supérieure avec les déodorants naturels. Il est bien connu que les sels d’aluminium et les parabens contenus dans les déodorants de supermarché sont mauvais pour la santé et la planète, donc autant dégager tout ça de ma salle de bains également.

Je n’ai jamais eu de gros problèmes de transpiration, je suis plutôt normale à ce niveau. Comme tout le monde je transpire lorsque je fais un effort soutenu, et ça ne sent pas la rose. Mais je n’en suis pas au stade de mon ex qui transpirait énormément sans faire le moindre effort avec en prime une odeur effroyable qu’il laissait partout (et aucun déo n’y changeait rien). Je me suis donc dit que ça passerait crème puisque je n’avais pas besoin de grand chose pour ne plus transpirer… eh bien que nenni !

J’ai commencé par tester plusieurs marques de déodorants déjà faits, sans sels d’aluminium, parabens ou alcools. Ce fut un échec sur toute la ligne, ils n’empêchaient ni les odeurs ni la transpiration. Pour moi qui n’ai jamais eu de soucis à ce niveau j’étais très surprise.

déodorant 1

Ensuite, j’ai décidé de tester la pierre d’alun. Elle est souvent présentée comme le Saint-Graal du naturel en termes de déodorant et anti-transpirant, alors je m’attendais à quelque chose mais… mais rien. Alors certes, ça ne tache pas les vêtements comme les déos bio qui m’ont laissé des traces d’huile sur les T-shirts, mais niveau efficacité c’est le zéro pointé. Mais vraiment. Sans faire plus d’efforts que d’habitude je puais avant même la fin de journée. J’ai regardé plusieurs blogs pour les méthodes d’application (pas bien compliquées d’ailleurs), tout fait correctement, mais rien. Pourtant j’ai bien utilisé une pierre d’alun naturelle et non une de ces pierres recomposées avec des sulfates que le commerce nous présente comme naturelles.

alun

Enfin, j’ai tenté la recette de la dernière chance : le déodorant home-made. J’ai donc utilisé la recette présentée par la blogueuse Antigone, et une fois de plus, zéro résultat. J’en aurais pleuré. Cette recette a l’avantage de ne pas faire brûler les aisselles après épilation (j’avais des irritations même avec la pierre d’alun !) mais c’est tout. J’ai essayé de mettre une couche plus épaisse et ça a plus ou moins fonctionné (en résumé, l’odeur vient plus tard dans la journée) mais ce n’est pas vraiment le Saint-Graal. En soi, transpirer ne me dérange pas, mais j’ai quand même besoin d’un déodorant car ma transpiration sent mauvais. Et cette recette-là n’empêche pas les odeurs.

Je suis donc repassée au chimique pour les déodorants et j’avoue que ça me déçoit. N’étant pas une fille à problèmes, je pensais, devant tous ces avis positifs, que ce serait une formalité. Hélas non !

Et chez vous, les déos naturels, ça fonctionne ?

Publié dans Beauté

La Tangle Teezer est-elle une brosse si extraordinaire que ça ?

C’est après avoir vu plusieurs articles vanter les mérites de la fameuse brosse Tangle Teezer que j’ai fini par me laisser tenter, il y a presque un an de cela. Vous allez me dire que je suis faible, mais j’ai de gros problèmes au niveau du démêlage et la promesse d’un brossage plus facile, sur cheveux secs comme mouillés sonnait comme le saint Graal à mes yeux. Parce que bon, perdre la moitié de ses cheveux à chaque brossage, ça va bien un peu…

Déjà, dressons le tableau de ma tignasse, puisque le ressenti peut différer selon le type de cheveux :

  • cheveux longs
  • cheveux fins et électriques
  • cheveux secs ayant tendance à faire de gros nœuds bien hardcore à démêler
  • ROUKMOUT (je renvoie les pierres avec les intérêts 😀 )

saquedeneu

Et maintenant, parlons des promesses de la Tangle Teezer :

  • convient à tout type de cheveux
  • démêlage en douceur et sans effort sur cheveux secs comme mouillés
  • rend les cheveux considérablement plus brillants

J’ai commencé à utiliser cette brosse en décembre 2014, soit presque un an. Je pense donc maintenant être en mesure de donner un avis fiable. Mon modèle est la Tangle Teezer originale en version noire.

Tangle Teezer

Le premier effet constaté est la disparition de mon Pikachu Style. En effet, à chaque fois que je me brossais, j’avais les cheveux qui partaient dans tous les sens, électriques au possible, et je galérais à les coiffer correctement. Avec la Tangle, dès la première utilisation j’ai pu me brosser correctement, le côté électrique est considérablement réduit, voir supprimé. Il m’arrive de faire un peu d’électricité si je prolonge le brossage, mais dans l’ensemble j’arrive à maîtriser la chose. Par contre, si je mets un bonnet ou un autre truc du genre sur ma tête, l’électricité revient. La brosse ne fait pas de miracle non plus, ça supprime juste l’électricité pendant le brossage.

Ensuite j’ai pu voir un réel effet sur le démêlage, qui est bien moins pénible qu’avant. Je n’ai plus besoin de passer des plombes la brosse à la main en m’acharnant sur un nœud, ça passe tout seul. Et ça m’a vraiment surprise parce que je pensais que les blogueuses que j’avais lues exagéraient à ce sujet, surtout celles qui ont reçu la brosse via partenariat (je n’ai pas confiance dans les articles sponsorisés, même si la blogueuse reste franche, y’a toujours le côté commercial derrière). Mais non, la brosse démêle très facilement. Évidemment, parfois j’ai toujours des nœuds un peu récalcitrants, je ne tiens pas un produit miracle entre les mains et en plus je n’utilise pas d’après-shampooing donc j’en paie forcément le prix. Mais je n’ai pas besoin de m’acharner pour enlever ces nœuds, juste de quelques passages supplémentaires. Je ne perds plus la moitié de mes cheveux après chaque brossage et c’est vraiment, pour moi, le point fort de cette brosse. Avant j’utilisais une random brosse de supermarché comme celle-ci :

brosse supermarché

Et avec cette brosse je perdais vraiment beaucoup de cheveux, c’était horrible. Bon, pas au point de faire des trous sur mon crâne, n’allons pas exagérer, mais c’était quand même impressionnant.

Pour le reste, je n’ai pas vu d’effet supplémentaire. Mes cheveux ont toujours brillé après un bon brossage, avec la Tangle aussi, mais ce n’est pas spécifique à cette brosse, j’ai toujours eu cet effet. Donc je ne me prononce pas à ce sujet, c’est ni plus ni moins brillant qu’avant. Je n’ai d’ailleurs vu aucun effet sur le volume non plus, mais mes cheveux sont archi-plats donc ce n’est pas étonnant. J’ai cru, au début, qu’il y avait un effet volume mais ça coïncidait avec un changement de shampooing et l’effet était dû au shampooing. Donc le « considérablement plus brillants » ne fonctionne pas chez moi, c’est juste normal.

Je me suis d’ailleurs faite avoir sur un point, la nécessité de laver la brosse très régulièrement. Pour moi, laver une brosse, ça consiste à enlever les cheveux après chaque brossage et point barre. Or, là, c’est la première fois que je vois ça, mais ma Tangle a vu apparaître quelques dépôts de sébum que je n’arrivais pas à enlever malgré le combo eau chaude + savon. Du coup de la poussière s’est collée sur le sébum en question et ça a donné un effet bien dégueulasse. J’ai donc racheté une brosse et maintenant je la lave au minimum une fois par semaine avec de l’eau chaude et du savon. C’est vraiment indispensable pour garder une bonne hygiène de la brosse. Visiblement, avoir les cheveux secs ne préserve pas des dépôts de sébum !

Bref, je suis contente d’avoir tenté le coup car ça soulage vraiment le moment du brossage. J’avais envie de tester la brosse en poils de sanglier, mais elle ne correspond pas vraiment à mon éthique et donc je me contente de la Tangle pour le moment. Je fais juste attention aux dépôts de sébum, c’est quelque chose que je n’avais jamais vu avant sur mes brosses et donc, ça m’a un peu surprise. Dans l’ensemble elle tient plutôt bien ses promesses et son prix n’est pas plus excessif qu’une brosse achetée au supermarché du coin (le prix diffère d’un site à l’autre, pensez à vérifier les frais de port si vous pensez avoir trouvé l’affaire du siècle, parce que certains sites se gavent) pour une efficacité accrue, c’est donc tout bénef.

Et vous, avez vous testé cette brosse ? Avez-vous d’autres brosses à conseiller pour mon type de cheveux ?

Publié dans Beauté

Une routine soin visage cruelty free

Je suis dans une période où j’ai de plus en plus de mal à supporter le fait que les animaux paient le prix de mon confort : j’ai des œufs dans mon assiettes car des millions de poules souffrent entassées les unes sur les autres. J’ai de la viande car des animaux n’ont jamais vu la lumière du jour pour que je puisse en avoir vite. J’ai des cosmétiques qui fonctionnent car de pauvres bêtes ont eu droit aux effets secondaires avant moi.

Le souci, lorsqu’on creuse pour savoir si on peut éviter cela, c’est qu’on se fait facilement avoir. Vous avez sûrement déjà entendu parler de compositions tronquées : certaines marques n’hésitent pas à nous mentir, à nous manipuler, pour nous faire croire qu’on achète des produits beaux, propres et sans cruauté envers les animaux derrière… alors qu’en fait, si. Un produit peut, en soi, ne pas être testé sur les animaux, mais ses composants, si. Et l’emballage vous affichera un joyeux « non testé sur les animaux »…

J’ai fait pas mal de recherches sur les labels cosmétiques fiables, sur les marques qui n’hésitent pas à mentir (y compris les bio), et je suis tombée sur un article qui résume parfaitement bien les recherches en question : c’est l’article Tests sur les animaux : à qui peut-on faire réellement confiance ? de la blogueuse « les cheveux de Mini » (j’ai beau la suivre sur Hellocoton, j’étais passée à côté). L’article explique quels sont les labels cruelty free existants, et s’ils sont réellement fiables : car un label fiable est, pour moi, un label qui garantit l’absence de tests sur les animaux du début à la fin de la chaîne de production.

Mais passons à ma fameuse routine soin ! Il faut savoir que j’ai la peau considérée comme mixte, car j’ai le nez un peu brillant, mais ma peau est surtout sèche et sensible. Je fais des réactions assez hallucinantes si un produit ne me convient pas, ça va parfois jusqu’aux plaques rouges d’un bout à l’autre du visage…

Le gommage :

gommage

Le gommage n’est pas vraiment indispensable pour moi, mais quand ma peau sèche fait trop de peaux mortes pour que mon nettoyant fasse l’affaire, je passe par là. Il s’agit du Gommage Douceur à la Rose Bio Coslys, qui est plutôt bien adapté à ma peau sensible : aucune réaction allergique, et surtout, je n’ai pas la peau toute rouge à la fin alors que j’ai tendance à y aller comme une barbare (j’ai la peau sensible et je bourrine, cherchez l’erreur). L’odeur est présente sans être spécialement écœurante. Je ne suis pas une grande fan de l’odeur de rose mais ça ne me dérange pas du tout. C’est un produit porteur du label One Voice, l’un des labels les plus fiables en cosmétique cruelty free.

Un tube me fait un bon moment car je ne me gomme pas souvent le visage, une fois toutes les deux semaines grand maximum. Il se trouve sur la boutique Ayanature au prix de 12.80e.

Le nettoyant :

mousse nettoyante

La plupart du temps, je n’utilise pas de nettoyant spécial. Je me lave le visage au savon sous la douche et point barre, ça suffit. Mais parfois j’ai la flemme, ou je suis à la bourre et j’ai pas le temps de filer sous la douche (je vous rassure, je me lave après, mais il arrive qu’on m’appelle à 9h pour un entretien à 9h30 et là, bah j’ai pas l’temps :x). Donc je me débarbouille vite fait avec la Mousse Nettoyante Bio Peau Sèche et Sensible Coslys. Oui oui, encore Coslys, mais que voulez-vous, j’aime bien cette marque moi ! Au début je pensais que son côté mousse me ferait utiliser une demi-tonne pour me nettoyer le visage, mais non. Je l’utilise avec mon éponge konjac et du coup, y’a pas à dire, ça aide pour utiliser le minimum de produit à la fois. Je trouve très franchement qu’il fait bien son boulot, et après application, ma peau ne tiraille pas autant qu’avec mon ancien gel nettoyant ou que si je me lave au savon (savon au lait d’ânesse, mais il n’a aucun label cruelty free bien que bio, comme quoi ^^…). Une fois que votre flacon-pompe est terminé, vous pouvez acheter la recharge au lieu de racheter un flacon. Ainsi, moins de gaspillage, c’est bon pour ta planète et ton karma (tant qu’on y est). Le label est le même que pour le reste de la gamme, One Voice.

Pareillement, chaque flacon me fait un bon moment car je ne l’utilise pas tous les jours. Il se trouve sur la boutique Ayanature (toute la gamme y est vendue en même temps, je vais pas m’éparpiller) au prix de 11.30e.

La crème hydratante :

crème de jour

La crème hydratante, c’est le gros indispensable pour moi, parce que ma peau est sèche et tiraille, encore plus en hiver. A une époque, j’ai essayé le gel d’aloe vera, mais ma peau tirait encore plus, et c’était difficilement utilisable à l’extérieur car j’avais les mains qui collaient après application… pas top pour les retouches rapides. Je ne vais pas vous surprendre, je me suis tout simplement tournée vers le dernier produit de la gamme peaux sèches et sensibles de Coslys, à savoir la Crème de jour à la Rose Bio Coslys. Pourquoi j’adore cette crème ? Déjà, parce que je n’ai pas de sensation de peau couverte après application. Lorsque j’applique une crème, je ne supporte pas de la sentir sur ma peau, j’ai besoin que ça fasse comme si je n’avais rien. C’est purement psychologique, si je sens que j’ai la peau couverte, je vais vouloir me rincer ou me gratter (c’est aussi pour ça que je ne supporte pas l’idée de me maquiller, beurk le fond de teint qui couvre tout). Là au moins, c’est une crème fluide et légère. Je la trouve un poil trop liquide, mais le flacon-pompe règle le problème car il permet de doser. J’en met très peu à la fois, juste sur les zones atrocement sèches (tempes, arête du nez, bas des joues) et non sur tout le visage. Pourquoi en mettre partout si ce n’est pas nécessaire ? #laradassedebase Le label est encore une fois, celui de One Voice.

Je trouve la contenance un peu short, un flacon de 75ml voir plus serait mieux à mon goût, mais on ne peut pas tout avoir et la gamme à la rose de Coslys me satisfait amplement. Cette crème est labellisée One Voice et est disponible sur Ayanature au prix de 14.90e.

Le baume lèvres :

crazy rumors

Oui oui, on ne s’arrête pas là. Je suis du genre à avoir des crevasses sur les lèvres en hiver, et le baume est pour moi un indispensable (sauf si je veux écorcher mon homme à chaque bisou… parfois c’est tentant ;p). Et un baume lèvres cruelty free, ça existe ! Cette fois on est plus chez Coslys (non, je ne suis ni une blogueuse beauté, ni une vendue xD) mais chez Crazy Rumors et leur laaaaarge gamme de baumes. Ce sont des baumes vegan, non testés sur les animaux avec le label leaping bunny, qui est un des labels les plus fiables en cosmétique cruely free.

J’ai profité d’une petite réduction pour tester le Sweet Thai Tea et c’est un gros coup de cœur. L’odeur est juste à tomber, j’ouvre parfois mon tube juste pour renifler ! ^^

La tenue est loin d’être mauvaise, et le baume fait briller les lèvres quelques minutes après application, un peu comme si vous mettiez de l’huile. Mais cet effet s’estompe rapidement. Par contre, vous aurez besoin de quelques retouches en journée, il ne tient pas tout le temps.

Il est disponible chez Ayanature (encore :x) au prix de 3.50e en temps normal, actuellement 2.80e. Le site propose pas moins de 42 parfums de baumes Crazy Rumors, je pense très honnêtement que vous trouverez votre bonheur !

Et voilà, c’est tout ! Je ne suis pas une grande adepte du layering (même si j’ai testé à une époque, et paie ta cata à long terme) et donc je réduis ma routine le plus possible. La routine soin pour peaux sensibles de Coslys me convient parfaitement, et ça change, car j’ai testé pas mal de produits soit-disant adaptés et qui en réalité ont fait des ravages. Vu que j’ai la peau qui marque (ce qui signifie que j’ai de belles cicatrices dès que je gratte trop…), je suis bien contente de trouver des produits efficaces et non-comédogènes. Je ne me tiens cependant pas uniquement à cette routine, parfois j’utilise des produits qui, hélas, ne sont pas cruelty free, car je n’en trouve pas. Cependant, je suis bien contente de pouvoir tenir compte de mon engagement contre la cruauté animale jusque dans mes cosmétiques !

Et vous, le cruelty-free, ça vous parle ?