Publié dans Films, séries et animes

3 séries à succès qui ne m’ont pas convaincue

Je ne sais pas si je peux vraiment me qualifier de sérivore, car si j’en regarde beaucoup, ce n’est pas du tout mon activité principale et je m’en passe très bien. Mais je me laisse parfois tenter par des revues de blog enthousiastes… et ce n’est pas toujours concluant.

Westworld

Synopsis : A Westworld, un parc d’attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l’Ouest. Dolores, Teddy et bien d’autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l’illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l’occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu’à la suite d’une mise à jour, quelques robots comment à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l’équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s’inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?

Lorsque cette série est sortie, je l’ai vue encensée de partout, on a été inondés d’articles, et le synopsis n’était pas dégueu. L’idée d’androïdes créés pour assouvir les fantasmes les plus vils des êtres humains qui finissent par avoir une conscience réelle et se rebellent me plaisait bien. Et puis on pouvait ainsi aborder la question de l’éthique : si les robots deviennent des êtres sentients, capables de ressentir la douleur et d’avoir des émotions, comme nous, doit-on continuer de les traiter ainsi ? (Oui, le parallèle avec l’éthique animale peut se faire très rapidement)

Cependant, malgré un Anthony Hopkins au top, ainsi qu’une Thandie Newton et un Jeffrey Wright très convaincants dans leurs rôles, je n’ai pas réussi à me mettre dans l’ambiance. J’ai trouvé la thématique de l’éthique mal abordée, le rythme lent, fouillis. J’ai vu des gens aduler Evan Rachel Wood alors qu’elle a un des rôles les plus pourris (comment peut-on être nominée pour ce rôle alors qu’on a Thandie Newton sérieusement ??)… non, franchement, non. Je me suis ennuyée tout du long, je m’attendais à des thématiques plus profondes, une action plus rythmée, mais non. Les twists sont prévisibles à des kilomètres quand on fait un minimum attention et donc, ce qui est censé surprendre ne surprend pas. Oh génial, on a deux timelines différentes, comme c’est étonnant ! Ouais mais non c’était obvious.

Peut-être suis-je trop habituée aux univers SF, qui ont déjà abordé ces thématiques, ce qui ne m’a pas permis de me plonger dans l’ambiance. Les acteurs ne sont pas mauvais dans leurs rôles mais ce ne sont pas les meilleurs qui récoltent les lauriers à mes yeux. J’ignore si je me laisserai tenter par la saison 2, car la saison 1 ne m’a vraiment pas convaincue. Pourtant l’idée était là.

Downtown Abbey

Synopsis : Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une situation délicate : le domaine est soumis à l’entail, c’est-à-dire qu’il doit intégralement passer à un héritier mâle, le titre de Comte de Grantham, le domaine et la fortune de la famille étant indissociables. Les trois filles ne peuvent prétendre ni au titre ni à l’héritage. Matthew Crawley, un lointain cousin, est le nouvel héritier. Il arrive à Downton Abbey où il découvre un style de vie nouveau pour lui, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs.

J’ai eu l’occasion de lire pas mal de critiques sur cette série, toutes élogieuses, et comme j’avais beaucoup aimé Maggie Smith en tant que Mc Gonagall, je me suis dit que je pouvais tenter. En plus un décor historique, ç’aurait dû être parfait pour moi.

J’ai tenu deux épisodes.

Mon dieu que c’était chiant. Je suis totalement passée à côté de l’intérêt de la série. Certes, je ne suis pas allée bien loin, mais d’un autre côté, si je n’arrive pas à trouver au moins la trame de fond intéressante, je ne vois pas l’intérêt de continuer à regarder. Avec Westworld, si je m’ennuyais il y avait au moins une intrigue de fond qui faisait réfléchir et des personnages un minimum charismatiques. Là, rien. Je ne me suis attachée à aucun personnage, pas même celui incarné par Maggie. Leurs péripéties m’indiffèrent totalement. Surtout côté nobles.

On m’a dit qu’il fallait que je continue, que l’intérêt venait avec la suite mais… non, je n’y arrive pas. Échec complet pour ma part. Désolée Maggie.

13 reasons why

J’ai fini par me décider devant le succès de cette série, alors que le pitch ne me tentait pas du tout. Pourquoi ? Bah en fait rien qu’au premier épisode j’ai très vite compris ce qui allait se passer tant cette série était un concentré de clichés, et bingo.

L’héroïne, Hannah, m’a souvent agacée par son égocentrisme et sa connerie profonde. Alors oui, elle a un sacré talent pour attirer les gens malveillants et ce n’est pas sa faute (je connais ça), mais il lui est arrivé plus d’une fois d’en rajouter une sacrée couche. Elle a l’occasion de parler du harcèlement dont elle est victime… elle ne le fait pas. Oui, elle a peur, mais elle a quoi à perdre, en fait ? Pareil pour Clay. Il a tout en main pour venger Hannah et… et bah rien.

Et à la fin (j’imagine que je peux en parler sans spoiler grand monde), quand Hannah va se jeter dans la gueule du loup, en sachant très bien chez qui elle va, ce qu’il a fait et risque de refaire en plus de sa quasi-immunité (gosse de riche)… mais t’es sérieuse ? Je ne dis pas que c’est sa faute car rien n’excuse un tel acte, mais bordel, quand tu connais le gars tu ne vas pas chez lui et tu fais encore moins ce que tu as fait ! Ce gars tu l’évites comme la peste !

Je crois que j’ai dû complètement passer à côté du débat amené par cette série parce que j’ai trouvé les deux protagonistes principaux vraiment cons (appelons un chat un chat) et leurs actions/réactions illogiques. Je ne trouve pas que la série promeuve le suicide comme elle a été accusée de faire, au contraire. On nous montre bien que l’héroïne est abandonnée de tout le monde (de son point de vue), pense que sa situation est sans issue et est profondément désespérée. On nous montre bien jusqu’où peut aller le harcèlement scolaire dans l’humiliation (et encore, j’ai vu des faits divers relatant des faits bien pires), on prend même le soin de nous montrer tous les points de vue, y compris celui des harceleurs, sans pour autant leur donner d’excuses. Ces cassettes étaient un peu la dernière solution d’Hannah pour parler de ce qui se passe. Mais si elle avait été en vie au moment de leur diffusion, l’impact n’aurait pas été le même. Elle aurait probablement été humiliée, encore, une fois de plus.

J’imagine que cette série a pu très largement toucher un public sensible (je pense que montrer la scène du suicide n’était pas indispensable, on avait déjà compris l’idée), étant donné que je ne suis pas un exemple à ce niveau-là ça peut expliquer mon absence de réaction. Pourtant j’ai connu le harcèlement scolaire, tous les ans, jusqu’à la fac, je sais aussi qu’en parler ne sert à rien puisque ça continue et les personnes ayant autorité dans l’établissement sont souvent dépassées, surtout quand le harcèlement gagne aussi la sphère privée avec les réseaux sociaux. Mais je n’ai pas été convaincue, du tout. Sans doute parce qu’Hannah et moi n’avons rien de rien en commun et que je n’ai pas pu m’y identifier pour revivre ce que j’ai vécu et pleurer comme tout le monde. C’est dommage car il y avait du potentiel mais… non. Je n’arrive pas à trouver de crédibilité à Hannah et Clay.

Peut-être ai-je trop cherché à comparer à ma propre expérience au lieu de me faire à l’idée que, déjà, il s’agit d’une culture différente (la série se passe aux US) et que surtout tout le monde ne vit pas son adolescence de la même façon. Certains sont plus sensibles que d’autres, certains n’ont pas appris à se blinder, certains n’ont pas appris à communiquer, à interpréter les signes envoyés par les autres… je dois avoir un côté égocentrique moi aussi 😛

Publicités